Alternatif Bien-Etre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Démence, Alzheimer.

Et s’il s’agissait d’un diabète de type 3 ?

Une étude longitudinale sur 15 ans au Japon associe le diabète à un risque accru de démence.
Les auteurs avancent des explications physiopathologiques pour rendre compte de cette association.

Certaines études épidémiologiques ont indiqué que le diabète pouvait être impliqué de manière indépendante dans le développement de démences. L’étude d’Hysayama, menée par des équipes japonaises (Yutaka Kiyohara, Université de Kyushu, Fukuoka) a été menée pour répondre de manière scientifi que à cette question.
« Nous avons réalisé une étude prospective de cohorte sur la démence dans une communauté japonaise en expansion. »
En 1998, une population de 1 019 sujets (437 hommes et 580 femmes) de plus de 60 ans n’ayant pas de démence, a été incluse. Tous les membres ont eu un test de tolérance au glucose avec une charge de 75 g de glucose per os (TTG). Ils ont été suivis jusqu’en 2003 (10,9 ans en moyenne). Un diagnostic de démence a été recherché en utilisant les critères du DSM-III-R (protocole de psychiatrie).
Des critères validés ont été utilisés pour préciser le cas échéant les diagnostics: maladie d’Alzheimer ou démence vasculaire. Au cours de l’étude, 232 sujets, plus de 20% ont développé une démence (79 hommes et 153 femmes). Une autopsie cérébrale a été réalisée chez 118 d’entre eux, pour vérifi er et confi rmer l’hypothèse.

Une quinzaine d’années auparavant.
Les résultats montrent qu’ «un diabète démontré une quinzaine d’années auparavant est un facteur de risque très signifi catif du développement des démences: maladie d’Alzheimer, démence vasculaire et démences de toutes causes».
L’étude montre que les personnes ayant un diabète ont un risque multiplié par plus de deux de souffrir d’une démence comparativement à ceux qui ont une glycémie normale. Parmi les 150 personnes ayant un diabète, 20 ont développé une démence, comparativement aux 51 des 559 sujets non diabétiques qui ont développé une démence. Les résultats sont restés identiques après que les chercheurs ont pris en compte des facteurs confondants tels que l’HTA, l’hypercholestérolémie et le tabagisme.

Intolérance au glucose.
Le risque de démence est également plus élevé chez les personnes qui n’ont pas un diabète franc, mais une intolérance au glucose ou un prédiabète. « De plus, l’étude montre que le risque de développer une démence augmente signifi cativement quand la glycémie demeure élevée deux heures après un repas. »
De plus, ce qui est particulièrement signifi catif, c’est que le risque de développer des démences de toutes causes s’accroît progressivement avec l’élévation de la glycémie à deux heures lors du TTG.
Des mécanismes physiopathologiques pouvant expliquer cette association font l’objet de débats. Une étude récente en recense quatre voies majeures de démence induite par une hyperglycémie: artériosclérose, maladie microvasculaire, toxicité du glucose conduisant à une accumulation de protéines glyquées et à un stress oxydatif et les modifi cations du métabolisme de l’insuline aboutissant à une insulinorésistance et à une altération du métabolisme amyloïde dans le cerveau. Les deux premiers pouvant rendre compte d’une maladie vasculaire et les deux derniers d’un Alzheimer.
Des éléments probants sont apparus récemment pour démontrer que des facteurs vasculaires sont impliqués dans la maladie d’Alzheimer. Les auteurs indiquent aussi que « la glycémie à deux heures peut représenter un bon marqueur du stress oxydatif provoqué par l’hyperglycémie, elle est corrélée avec l’insulinorésistance ».
Un stress oxydatif augmenté et une insulinorésistance peuvent précéder l’accumulation de peptide bêta-amyloïde et de neurofi brilles et accélérer l’artériosclérose dans le cerveau, avec comme résultat un risque accru de démence vasculaire et de maladie d’Alzheimer. C’est la raison pour laquelle certains scientifi ques américains, pensent que plusieurs formes de démence, et en premier lieu la maladie d’Alzheimer ont pour origine l’alimentation moderne trop riche en sucres et pauvre en antioxydants. Les plaques amyloïdes qui s’accumulent au niveau cérébral proviendraient des sucres et protéines oxydées d’origine alimentaire. Ils parlent alors d’un diabète dit de type 3 différent des autres formes.

Conclusion
Ces résultats montrent donc que diabète et pré-diabète sont associés à un risque accru de démence. Alors que le risque de développer une démence est de 20 % chez les personnes ayant une glycémie normale, il est de 25 % chez les personnes pré-diabétiques et de 27 % chez les personnes diabétiques.
En résumé : un taux de sucre élevé 2 heures après un repas de manière continue et quotidienne ceci pendant 15 ans, augmente le risque de démence et d’Alzheimer. Ceci pour les diabétiques et pour les pré-diabétiques.

Conseils
Conduite à tenir en prévention : ne pas consommer de sucres blancs saccharose, fructose, réduire de manière drastique féculents (pain blanc, pates raffi nées, patisseries...) et surtout les aliments ayant un indice glycémique le plus bas possible*.
Un petit livre pratique qui recense un nombre important d’aliments avec leur pouvoir «sucrant» est publié aux éditions Thierry Souccar. Ce guide est très bien documenté, son format poche le permet de le garder sur soi. Très pratique pour faire ses courses.

Guide des index glycémiques -Collectif de LaNutrition.fr chez votre libraire ou en téléphonant au 04 66 53 44 66.

Où acheter ces produits?  Cliquez sur ce lien

argaiv1854

Nous avons 15 invités en ligne
Affiche le nombre de clics des articles : 545674
Vous êtes ici : Articles